<BGSOUND src="Nhac Tho 2.mp3"> Le Dinh











Muốn liên lạc với tác giả, xin bấm vào hình trên.




















































































































Lời dẫn nhập: Z. là một sinh viên Y Khoa người Canadien gốc Việt. Em được nhận vào Medecine và đã trải qua nhiều thời gian thực tập tại khu Urgence của một bệnh viện tại Montreal. Sau đây là cảm tưởng của em về kỳ tập sự này. Bài viết này cho thấy sự khác biệt trong tâm tình của một người mới vào nghề Y và một người ở trong nghề đã lâu.Người thâm niên hơn nhìn bệnh tật như một vấn đề cần giải quyết gấp, người sinh viên chỉ nhìn thấy một con người, dù đáng ghét, dù xấu xa, dù nghiện ngặp, nhưng run sợ trước sự chết . Tôi nhận được bài viết khi thực hiện tờ báo Quốc Gia cho C. Đ Montreal. Không đăng được vì bài này viết bằng tiêng Pháp, nhưng tôi đã hứa sẽ phổ biến trong các người quen còn đọc được sinh ngữ này.Nay xin giữ lời, để xin kính tặng các người áo trắng, và mong các bạn thấy lại được chúng ta thời trai trẻ, như tác giả những dòng hồi ký này .Những tên riêng trong bài là tưởng tượng mà thôi. Trùng hợp là vô tình.



Lors de la premiere journee, j'ai pu rencontrer à l'urgence mosieur Nepton, un homme de 72 ans ayant des problemes pulmonaires et cardiaques . J'ai donc discute avec lui pendant cette journee de stage. À prime abord, il semblait plutot sympathique. Il a decide à venir à l'hopital vendredi soir parce qu'il avait de la dificulte à respirer. Il disait qu'il ressentait une forte douleur en inspirant et un drole de sensation dans la gorge. Cela faisait donc deux jours et seize heures qu'il etait à l'hopital quand je l'ai rencontre. Il semblait un peu fatigue, mais ne se plaignait pas trop de son attente. Je crois que la douleur avait cesse depuis et qu'il se sentait bien maintenant. En le quesionnant, j'ai decouvert qu'il avait travaille dans l'industrie de l'isolation pendant 40 ans. La poussiere qu'il a respire pendant cette periode semble lui avoir cause des troubles respiratoires. Cela se manifestent par une toux grassse avec des ecpectorations brunatres. Pour ce qui ést son histoire anterieure, monsieur Nepton est deja venu à l'hopital lors d'un accident de travail qui l'a blesse au dos. Il a alors subi une operation à ;la colonne vertebrale. Mais pour en revenir au cas actuel, ce sont pour les troubles pulmonaires et cardiaques qu'on le garde à l'hopital. Il m'a explique que son coeur ne pompait assez fortement le sang et que cela lui causait de l'eau dans ses poumons. C'est pour cette raison qu'on lui a installe un pace maker deux ans plus tot. Il est presentement suivi par un cardiologue et un pneumologue. En me renseignant au poste des infirmieres, j'ai decouvert qu'il possedait un germe multi-resistant. C'est pour cette raison qu'il doit prendre beaucoup de medicaments a tous les jours.

Monsieur Nepton semble bien prendre son sejour a l'hopital. Lorsque je lui ai demande s'il avait des complaintes, il m'a dit qu'il n'en avait aucunes. En fait, la seule chose qui semblait le deranger etait les neons au-dessus de la civiere qui restaient allumes pendant la nuit et la bouche d'aeration envoyait un courant d'air froid...Bref, il n'y a rien qui le derangeait vraiment.

Lorsque je lui ai questionne sur le personnel soignant, il m'a dit que les infirmieres etaient tres gentilles et que meme celles qu'il ne connaissait pas lui disaient bonjour. Il n'est cependant pas entre en contact avec les autres malades de l'etage.Il n'avait pas grande chose a dire sur la relation avec les medecins,mais il disait que tout etait bien. Sa femme lui rend visite a tous les jours apres son travail, ce qu'il apprecie beaucoup. Je ne l'ai malheuseusement pas rencontre. Il a egalement trois enfants, donc un qui le visite de temps en temps. Les deux autres habitent au Etats-Unis ou monsieur Nepton a habite pendant une partie de sa vie et ou il s'etait marie. Monsieur Nepton dit que sa famille ne s'inquiete pas trop pour lui de cette hospitalisation, car il n'est rien de serieux. Le seul test qu'il a passe etait une radiographie des poumons et cela s'est passe le lundi matin. Il n'a donc subi aucune experience angoissante. Puisqu'il est deja alle a l'hopital plusieurs fois auparavant, cette axperience ne le stresse pas du tout. Ses traitements consistent a ajuster la dose des nombreux medicaments (une dizaine) qu'il doit prendre. Je crois que c'est la prise des nombreux medicaments qui est penible pour lui. Ce qui le derange aussi, c'est de ne pas savoir quand il porra rentrer chez lui. Il m'avait dit lundi qu'il pensait probablement rentrer ce soir la. Or, quatre jours plus tard, il est encore la, a la difference qu'il est maintenant dans une chambre (on l'a monte mercredi matin a 5h). Il est maintenant beaucoup plus confortable dans sa chambre, mais il me dit qu'il s'ennuie encore beaucoup. Il attend toujours la visite de son cardiologue.

Monsieur Nepton semble etre un homme serein et sympathique. Il n'est pas angoisse par le present, l'avenir ou quoi que ca soit, bien qu'il souhaite savoir quand il porra rentrer chez lui. Il prend les choses comme elles sont. Il ne subit pas non plus une grande souffrance physique a ce qu'il m'a dit. Je crois qu'il est plutot fatigue de rester a l'hopital et que tout ce qu'il souhaite, c'est de pouvoir rentrer chez lui.

Monsieur Nepton n'est pas un cas ou la souffrance a ete marquante. Cependant, elle a ete le cas lors de ma demi-journee a l'ENDOSCOPIE. J'ai pu assister a une endoscopie pour extraire un corps etranger. C'etait un morceau de viande qui s'est coince dans l'oesophage. La seance ne s'est pas bien deroulee. La tension entre le medecin, l'infirmiere et le patient (un homme alcoolique) etait grande. Ce qui m'a surpris, c'est que la souffrace physique de ce patient particulierement difficile ne semblait pas avoir d'impact sur le comportement du medecin qui etait plutot autoritaire et moralisateur. J'ai pu voir une opposition entre deux points de vue differents. Pour ma part je ressentais de l'empathie pour le patient qui ne pouvait s'empecher de tousser a l'entre du tube st de paniquer par peur de s'etouffer. De l'autre cote, il y avait le medecin qui voyait le patient comme quelqu'un de difficile qui faisait expres pour agir de telle sorte qu'il ne pouvait performer l'ENDOSCOPIE correctement. Je pouvais voir que le patient avait peur de ce qu'il devait subir et je trouvais qu'il faisait pitie, malgrele comportement detestable qu'il montrait auparavant. Je n'approuvais pas l'attitude du medecin. Celui-ci disait au patient " vous ne faites aucun efforts", "Tout le monde est capable alors pourquoi n'etes vous pas capable", "c'est votre probleme pas le mien. C'est vous qui allez rester pris avec"," arretez de paniquer! arretez de paniquer!!!(comme si lui crier apres allait le calmer...

Bref, le medecin ne faisait rien pour rassurer le patient et cherchait a le culpabiliser. Il semblait tres impatient et brusque dans ses gestes. Je comprends que le medecin puisse ne pas aimer ce type de patient, mais je crois qu'il est son devoir de veiller a son bien-etre tout de meme. Dans ce cas ,la detresse du patient n'a pas ete repondue de facon correcte par le medecin, ni par l'infirmiere d'ailleurs, c e qui aurait du etre le cas.

Je crois qu'undes points difficiles de la MEDECINE est justement de ne pas se laisser emporter par ses propres emotions et de ne pas perdre de vue ce que ressent le patient. Il faut savoir accepter que celui-ci soit different et qu'il ait ses defaut. Par exemple, l'alcoolisme du patient mentionne plus haut n'a rien a avoir avec l'ENDOSCOPIE qu'il devrait subir. Le medecin aurait donc du mettre son opinion au sujet des alcooliques pendant qu'il traite le patient. Ce dernier est vulnerable face au medecin, car il n'est pas en controle de la situation, ce qui peut etre angoissant. Je crois qu'il faut faire attention a cela et trouver un moyen de rassurer les gens. Un bon comportement serait de demontrer la patience. Cependant, je realise qu'il est parfois difficile d'avoir de bon contacts avec certains patients. Ma visite a l'urgence m'a permis de voir differents types de personnes : toxicomanes, suicidaires, etranger (qui comprend peu l'anglais ou le francais), veillards...etc...J'ai pu voir l'importance de la communication, c'est a dire de comprendre le patient et de se faire comprendre.
































































Free Web Template Provided by A Free Web Template.com